rue Ramponeau

Cycle Belleville-Ménilmontant en images : "Silence, on expulse ! A qui vend-on Belleville ?", projo-débat à la Bellevilloise


Cycle projections & débats
Belleville-Ménilmontant en images (saison 5)
SILENCE, ON EXPULSE !
A QUI VEND-ON BELLEVILLE?

Dimanche 13 septembre 2015 à partir de 17h
La Bellevilloise / Le Forum / Entrée libre
19-21, Rue Boyer, 75020, Paris

Le cycle de projections-débats « Belleville-Ménilmontant en images » est une initiative de l'Association Trajectoires et du Collectif Docomoto (animé depuis 2006 par Corinne Léonet, Mohammed Ouaddane et Thomas Peyres), en partenariat avec La Bellevilloise.
 
Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien d’autres – qui l’ont aussi chanté – nous invitent à cheminer, parfois en promeneur solitaire ou sous l’émotion de l’enfance, dans l’âme si singulière des quartiers de Belleville et Ménilmontant. Héritiers de la Commune, ces quartiers populaires et cosmopolites, terres d’asile et d’accueil de populations aux provenances multiples, en transformation permanente, survivent au mythe. Quartiers ouverts, d’expérimentations sociales et culturelles permanentes ! Quartiers de l’Est parisien qui en appellent d’autres en miroir en France, en Europe et ailleurs.

Après les 4 premières saisons, nous vous invitons à continuer ce voyage entre ici et ailleurs pour ce cinquième cycle de projections-débats « Belleville-Ménilmontant en images ». A l’initiative de l’Association Trajectoires et du Collectif Docomoto et réalisé en partenariat avec La Bellevilloise, les projections-débats se dérouleront à l’Espace Forum de la Bellevilloise en 2015, avec nos rendez-vous du dimanche en fin d’après-midi.

Les séances sont suivies de rencontres et d’échanges. Certaines sont précédées par une ballade de quartier suivant les thématiques choisies. Cette séance du mois d’avril est organisée en partenariat avec  l’Association Belleville citoyenne.

Affiche de Silence on expulse ! A qui vend-on Belleville ?, projections et débat à la Bellevilloise

La séance du dimanche 13 septembre 2015 :
Silence on expulse ! A qui vend-on la ville ?

Après la transformation de La Forge rue Ramponeau, la destruction de la rue Dénoyez et maintenant le 48, rue Ramponeau, les Bellevillois s’inquiètent de ces projets et opérations immobilières qui s’imposent sans étude ni concertation préalable et violentent la population et son cadre de vie et en appellent à une mobilisation générale et active !
« Après avoir résisté au cours des années 1990 à une politique de rénovation urbaine faisant peu de cas de ses habitants, Belleville est aujourd’hui de nouveau fragilisé, comme d’autres quartiers du Nord-Est de Paris, par un mouvement de fond qui conduit à repousser toujours davantage aux marges de la ville les plus précaires mais aussi ceux-là qui, hier encore, parvenaient tant bien que mal à s’y loger et à y mener leurs activités et qui, aujourd’hui, sont à leur tour menacés. Les tentatives pour évincer la métallerie Grésillon et l’atelier d’artiste de la cour du 48-50 rue Ramponeau attestent que la valorisation et la spéculation immobilières des villes centres s’opèrent avec l’accord explicite ou implicite des pouvoirs publics. »
Le Collectif Ramponeau et le comité de défense Bisson / Ramponeau composés d'artistes, artisans et habitants proposent le développement d'un pôle d'activités artistiques et artisanales au 48, Ramponeau et refuse la destruction de cette cour remarquable au profit d'un grand Paris touristique.  


• à 17h - Projection
Babelville
Film de Philippe Baron - Diffusion Planète - 1993 (58 mn)
Prix du Patrimoine au Festival du Réel, Centre Georges Pompidou 1993.

A la fin des années 1980, le Bas-Belleville reste un des derniers quartiers populaires de Paris, traditionnellement accueillant pour les migrants. La mairie menace de le raser. Expulsions, murages, déracinements, suicides, démolitions. Mais aussi résistances, convivialité et fêtes. Des tranches de vie qui s'entrecroisent, des personnages forts en gueule, attachants et drôles. De la dernière épicerie-buvette à l'hôtel meublé pour immigrés célibataires en passant par les réunions houleuses à la mairie, Philippe Baron a suivi de 1990 à 1991 la rénovation du quartier dans lequel il vit.

• 18h - Débat public : la « gentrification » des quartiers populaires
Discussion animée par Trajectoires - autour des logiques univoques de rénovation urbaine sur fonds de spéculation immobilière - avec le Collectif 48 Ramponeau, de nombreux collectifs associatifs, d'habitants, d'artistes, et en présence d'éric Hazan (écrivain et historien), Claudette Lafaye (sociologue), David Langlois-Mallet (journaliste et essayiste), Patrick Bezzolato (historien), etc...

LA BELLEVILLOISE
19-21, Rue Boyer, 75020, Paris
La Bellevilloise est aussi sur
Facebook et sur Twitter
 

La roulotte à peinture

La roulotte à peinture
Jusqu'au 13 août 2010

Une idée simple : transporter un atelier de peinture en plein air.
Aller au devant des enfants et aussi des adultes et leur proposer de peindre, de dessiner le temps qu'il faut.
Une idée simple : rester simple.
Constuire une grosse caisse bariolée pour ouvrir les yeux donc aussi le coeur de chacun.

Journée de solidarité avec les travailleurs sans papiers en grève dans le 19e et le 20e

Journée de soutien
aux travailleuses et travailleurs sans papiers en grève organisée par le 19e et le 20e arrondissements

Depuis des mois, des milliers de travailleurs sans papiers tentent de défendre leurs droits légitimes à la régularisation, affrontant le froid et l’indifférence d’un gouvernement et d’un patronat sourds à leurs revendications.
A visage découvert, ils témoignent, manifestent leur envie de travailler en France avec un titre de séjour, après des années de crainte. 
Le samedi 6 février, venez les rejoindre et les soutenir :
- à 14h30 pour la manifestation au départ de la Porte des Lilas
- à 18h00 en participant à la soirée organisée à Traces (ex Forge, 23/25, rue Ramponeau).

Ils ont besoin de vous.
 
 Les comités de soutien aux travailleurs sans papier grévistes des 19e et 20e arrondissements

 

Le Relais de Poste de Belleville

Bonjour,

Je suis nouvelle conseillère de quartier pour Belleville (tirée au sort).

J'ai décidé d'investir un peu de mon temps sur le dossier du Relais de Poste, rue Ramponneau.

Agnès Bellart (ancien conseil de quartier) m'a déjà parlé des actions précédemment menées, mais j'aimerais maintenant connaitre les différents projets proposés par les habitants et associations.

Merci de passer ce message aux personnes concernées afin qu'elles puissent me contacter à mon adresse suivante : michelelarios@yahoo.fr

Cordialement,

Michèle Larios
 

Pétition pour une réhabilitation du Relais de Poste de Belleville


Le Relais de Poste bénéficie d’un emplacement privilégié au cœur du quartier Belleville… Mais il reste vide depuis près de 10 ans !

Le Relais de Poste, cet immeuble de 900 m², propriété de la Ville de Paris, « appartient » aussi aux habitants de Belleville : c’est grâce à leur lutte qu’il a été sauvé de la démolition il y a dix ans et de sa cession au privé en 2007.

Le Relais de Poste est chargé d’histoire : il est l’un des derniers témoins de la barrière des Fermiers Généraux du 18ème siècle et a été placé sous la protection patrimoniale de la Ville de Paris en 2006.
Mais, inutilisé depuis de longues années, il se dégrade de plus en plus faute d’entretien suffisant.

Appel à résidence aux artistes !

Ouvrir la Forge sur le quartier et ouvrir le quartier sur la Forge !

T.R.A.C.E.S. à la Forge a pour ambition de favoriser cette démarche.

Nous, membres et fondateurs de l'association T.R.A.C.E.S., désirons expérimenter de nouveaux rapports entre l'art, la culture, l'environnement social et urbain en permettant aux artistes d'utiliser un espace non institutionnel, rare à Paris, et d'être acteurs de leur propre manifestation.

La Forge, ancienne usine de fabrique de clés, devient aujourd’hui une création commune : à chacun d'y intervenir, de la faire vivre et de la transformer. Par la présence d’artistes professionnels, venus sur projets, désireux de partager leur travail avec toutes les populations du quartier (familles, jeunes, associations, écoles...) qui elles-mêmes souhaitent créer et s’épanouir auprès de ces artistes.